Revenir au site

Le portrait de Jessica

· portrait

Mon but est de créer quelque chose de plus grand que moi. Jessica Eustache

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis Jessica Eustache, 35 ans, créatrice du webzine « Bientôt parfaite » et formatrice en informatique dans un organisme d’insertion professionnelle.

Quel parcours as-tu eu ?

A la sortie du lycée, je me suis dirigée vers un DUT d’informatique que j’ai très vite avorté car je m’y ennuyais. On était sur de la programmation alors que ce qui m’intéressait déjà à l’époque c’était le Web design, mais il n’existait aucune filière qui proposait ça.

Après ça, je me suis dirigée vers une licence de psychologie (par élimination plus qu’autre chose) pendant laquelle j’ai travaillé au Mc Do.

En 2008, alors que je venais de décider, après 3 ans en psycho, que je n’avais aucune envie d’être psy (lol), une opportunité s’est présentée à moi de bosser en banque. Je l’ai donc saisie en me disant : mouais, pourquoi pas me faire une petite carrière alimentaire là dedans, je pourrais évoluer. J’ai donc fait 3 ans et demie en agence, puis 2 ans et demie au service des prêts immobiliers en tant qu’analyste crédit.

 

De là, ayant un petit salaire, j’ai décidé de prendre un gros risque en devenant courtière en prêts immobiliers indépendante. C’est ainsi qu’après 6 ans de salariat dans une grande banque, je me suis jetée sans filet, avec aucune économie et un crédit immobilier sur la tête dans le courtage en prêts immobiliers…

J’ai bien galéré financièrement pendant 1 an et demie, puis finalement j’ai trouvé mon équilibre complétant mon activité par la transaction en immobilier neuf que je connaissais bien également.

 

Finalement, après 5 ans de bons et loyaux services, on m’a proposé un poste de formatrice en informatique, donc bien plus proche de mon domaine de prédilection, très intéressant humainement et professionnellement et la tranquillité de ne plus devoir aller chercher mon revenu à chaque instant, ça aide aussi !

J’ai apprécié l’immobilier, mais c’est épuisant moralement de ne jamais pouvoir se reposer sur quelque chose de solide.

Quand et comment as- tu pris conscience que tu souhaitais changer de métier?

J’ai toujours su, dès mon entrée en banque à 23 ans que je retournerais d’une manière ou d’une autre vers le digital et que mon but serait de « créer quelque chose de plus grand que moi ». En fait, chaque nouvel objectif visait à atteindre cet objectif là un jour.

C’est comme si j’en avais fait mon objectif à long terme avec des paliers de plusieurs années à franchir pour obtenir l’indépendance financière qui me permettrait de m’y atteler pour de bon.

Donc tout naturellement, lorsque l’on m’a proposé mon poste actuel, j’y ai vu l’opportunité de travailler enfin sur mon projet de vie. N’ayant que des connaissances autodidactes, mais non négligeables, dans le domaine (infographie, développement web, vidéographie, photographie, DAO), je savais que de toutes façons, il faudrait que je crée mon produit car la reconversion salariée ne me serait pas possible. De toute façon, je n’en ai pas envie. Je le fais par passion. Les contraintes d’un cahier des charges me frustreraient.

Donc depuis fin 2019, j’y travaille doucement mais surement. Je ne sais pas encore où ça va, mais l’avantage c’est que je n’ai pas besoin de me mettre la pression… J’ai tout mon temps et pas de coûts liés au développement.

Est-ce que ça été une évidence de quitter ton métier où il a fallut que tu passes par des étapes ?

Une absolue évidence. Dés qu’on m’a proposé mon poste actuel, mon plan de vie était dessiné : je développe ce que j’ai à développer sur mon temps libre pendant le temps qu’il faut, et un jour peut-être, je pourrai ne faire que ça.

Quelle réaction a eu ton entourage?

Depuis que je suis passée par l’indépendance dans l’immobilier, avec un démarrage difficile. J’ai décidé de ne plus parler de mes projets à mon entourage tant qu’ils ne sont pas concrets et opérationnels. Non pas parce qu’il est démotivant, mais simplement parce que :

  1. Les gens projettent souvent leurs peurs sur vous
  2. Ne voulant pas me mettre de pression, je préfère m’autoriser à y aller à tâtons plutôt que d’avoir à expliquer pourquoi mon idée n’est plus tout à fait la même que celle que j’ai annoncé il y’a 5 mois si le projet venait à changer. Même lorsqu’ils ne le font pas pour juger, les réactions d’incompréhension des gens peuvent te renvoyer à ce que tu n’as pas réussi. Je préfère m’affranchir de ce type de risques. Les inconnus sont beaucoup plus enthousiastes de ce que tu leur présentes, quand tu créées quelque chose étrangement. Le problème de notre entourage c’est qu’il a tendance à « nous attendre au tournant »

Donc en réalité je n’ai commencé à parler que très récemment de mon magazine à ma famille. Très vaguement au départ, puis maintenant qu’ils voient qu’il y’a vraiment des choses qui se passent et que ce projet est tout sauf « une occupation de passage », je leur fais participer des fois à mes prises de décisions par leurs conseils.

Que représente le digitale et comment es-tu passée à l'action?

La création digitale est un absolu besoin pour moi. C’est vraiment une passion qui me définit en tant que personne.

Je suis passée à l'action très exactement 7 jours avant de prendre mon poste actuel, je me suis dit : « bon, il faut que je développe quelque chose sur un sujet qui m’inspire, que je pourrai tenir sur la longueur sans avoir l’impression de me forcer à bosser parce qu’il le faut »

Je me rappelle encore des 5 minutes pendant lesquelles j’ai réfléchi. J’avais pris une feuille et un crayon pour noter mes idées. Je me suis demandée « sur quoi tu peux parler sans avoir 1 million de recherches à faire pour chaque article, parce que tu connais ton sujet et qui te donnera envie de rédiger ( exit l’immobilier) … et là ça m’est apparu comme une illumination : je vais parler des femmes…aux femmes ! Le sujet me sera intarissable puisque j’en suis une. Et je serai toujours animée par les questions que je pourrais évoquer!

3h après, (sans exagérer) le nom de domaine était reservé, l’architecture du site maquetisée et j’avais 60 sujets d’articles.

Le lendemain matin le logo était créé (la première version que j’ai retravaillée 1 mois après) et à la fin du week end, le site était créé, avec ses rubriques, son slogan, etc… J’ai été prise dans une éspèce de tourbillon de motivation pendant tout le week end !

Quelle est ta plus grande fierté ?

Ma plus grande fierté sera d’en faire un Webzine de référence et de me classer parmi les Auféminin.com, Mademoizelle et autres références.

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à une personne qui a envie de se lancer dans un projet personnel en plus de son activité de salarié?

Les conseils pour se lancer, il faut : l’envie, des moyens, et de la confiance en soi.

 

  • l’envie : demandez-vous pourquoi vous voulez vous lancer dans un projet personnel. Est-ce que réellement, vous sentez qu’il vous manque une source d’épanouissement, ou est-ce parce que vous culpabilisez de n’avoir aucune passion ou ambition plus grande en comparaison à vos modèles ? Vous ne tiendrez pas sur la durée si vous ne vous lancez pas pour les bonnes raisons.
  • les moyens : se lancer dans une activité demande dans la plupart des cas un vrai investissement en temps. Demandez-vous si vous pourrez vous l’accorder, si c’est compatible avec votre vie familiale et si le facteur temps ne devra pas être un problème de tous les jours à résoudre. Essayez de visualiser une semaine type et de la tester.
  • Les besoins financiers : selon l’activité, il peut y avoir des besoins financiers. Evitez de       vous lancer dans de grosses dépenses avant d’avoir testé la compatibilité de votre projet avec votre vie, et essayez de prévoir vos dépenses sur une longue durée pour voir si vous pourrez suivre.
  • la confiance en soi : ne criez pas votre projet sur tous les toits, ou.. parlez en avec les bonnes personnes ! Des entrepreneurs par exemple. S’il y’a bien une chose que j’ai pu constater en 5 ans d’indépendance, c’est que les entrepreneurs ADORENT parler d’entreprenariat et échanger avec les autres sur leur projet, sans être dans le jugement, sans parler d’impossible. C’est réellement stimulant. Ils verront le verre à moitié plein très souvent car ils sont en train d’essayer de remplir le leur en même temps ! Allez dans des salons (comme le salon de l’entrepreneur). Les endroits où l’on voit plein d’esprits en ébullition, « porter » des projets sont un vrai booster de motivation.

Quelles sont tes ambitions ?

L’ambition de créer un Webzine aussi puissant qu’un Auféminin.com pourrait se suffire à lui-même mais chacun de mes objectifs n’est toujours qu’une marche au service d’un autre encore plus grand.

Dans mes rêves les plus fous, si j’atteins les niveaux que j’aimerais avec "Bientôt parfaite", je me vois créer une école de formation complète à l’univers digital pour les femmes non diplômées. Pour leur permettre de réaliser leurs objectifs elles aussi !

J’aspire aussi à pouvoir faire mon métier de partout, et vivre à l’étranger, revenir, repartir, etc…

Quelles femmes t'inspirent au quotidien?

  • Catherine Barba, fondatrice de Malinea (qu’on a pu voir dans Qui veut être mon associé ? sur M6) qui a réussi en créant un business en ligne de cashback.
  • Michelle Obama, pour tout ce qu’elle représente de classe, d’élévation sociale et d’humanisme
  • Caroline Receveur, j’aime suivre ces femmes de téléréalité qui ont su faire de leur vie celle d’une vraie businesswoman et un modèle d’influence et de réussite pour tant de jeunes femmes. On pourra dire ce qu’on en veut, mais j’ai pas de honte à dire que j’admire même Nabilla lol !
  • Jessica Pearson dans Suits (faut connaître la série !)

J’ai une fascination pour les influenceuses (youtubeuses, instagrameuses), celles qui ne sont parties de rien et on réussi à faire leur petit chemin sur la toile à force de constance, de persévérance et de liberté d’esprit.

Que peut-on te souhaiter Jessica pour l'avenir?

Les bonnes collaborations, de belles rencontres, un peu de chance et l’évolution que j’attends !

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK